danadpaul


07 avril 2018

forrest


Circuits mentaux que nous parcourons parfois à toute vitesse sans bouger du sofa, tendus, concentrés, aveugles au reste, comme les coureurs de Formule 1, qui perdent trois ou quatre kilos à chaque course pour arriver à l’endroit même d’où ils sont partis.


Iñaki Uriarte, Journal, II (2004-2007)

 

 

 

Posté par gpaul7 à 10:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 mars 2018

2012-02-15 14


A M. DI FIORE A PARIS

Civita-Vecchia, le 5 avril 1841.

Je me suis aussi colleté avec le néant (2) ; c'est le passage qui est
désagréable, et cette horreur provient de toutes les niaiseries qu'on
nous a mises dans la tête à trois ans.

Ne dites rien à Colomb, j'avais l'intention de ne rien écrire ; mais
je crois à l'intérêt que vous me montrez. Donc, migraines horribles
pendant six mois ; puis, quatre accès du mal que voici :

Tout-à-coup j'oublie tous les mots français. — Je ne puis plus dire :
Donnez-moi un verre d'eau. Je m'observe curieusement ; excepté
l'usage des mots, je jouis de toutes les propriétés naturelles de l'ani-
mal. Cela dure huit à dix minutes ; puis, peu à peu, la mémoire des
mots revient, et je reste fatigué.

Croyant peu à la médecine, et surtout aux médecins, hommes mé-
diocres, je n'ai consulté qu'au bout do six mois d'affreuses migraines.
— M. S...., liomœopathe de Berlin, a fait de belles cures à Rome ;
il a débité des phrases à la suite desquelles j'ai entrevu qu'il s'agissait
d'apoplexie nerveuse non sanguine.

Je vais écrire à l'excellent M. Prévost, de Genève, mais je ne crois
en rien, qu'à la profonde attention que M. Prévost donne à la maladie.

M. S.... (physionomie méchante, spirituelle, propos de charlatan)
m'a fait prendre de l'aconit pour animerla circulation, et, au printemps,
veut me faire prendre le sulfure. La meilleure drogue serait celle de
M. Dijnii (3). J'irais à Genève passer diMix jours avec l'excellent Pré-

(1) Monsieur II. de Balzac, auteur du Père Goriot, elr., etc., chez M. .\li)honse Karr,
n" 46, rue Neuve-Vivienne. Paris.

(2) Beyle éprouva, le 15 mars 1841, les premit^res atteintes de la maladie dont i
est mort à Paris, le 23 mars 1842.

 

Posté par gpaul7 à 17:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2018

POWP-180200-LATS-002On vit peu mais on meurt longtemps." 

Pour n’être pas changés en bêtes, ils s’enivrent d’espace et de lumière et de cieux embrasés ; La glace qui les mord, les soleils qui les cuivrent, éffacent lentement la marque des baisers. 

C Baudelaire

 

 

 

 

Posté par gpaul7 à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 février 2018

Hawai 90 dan

 voyager, c'est demander d'un coup à la distance ce que le temps ne pourrait nous donner que peu à peu 👁️ Morand

 

Connaître une vérité, peut-être n’est-ce que la voir en silence. Connaître la vérité, c’est peut-être avoir droit enfin au silence éternel.
citadelle

Posté par gpaul7 à 17:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 février 2018

Photo021

 

Près des belles-de-jour
je m’enfourne de la pâtée de riz
comme un goret
la tristesse
je l’entraîne vers la vie
et elle s’évanouit.
matsuo
dan☯✈⚜

Posté par gpaul7 à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2018

65058

 

 

L'homme singe vis dans le monde tel qu'il est et trouve au sein du monde, avec tous ses paradoxes, l'essence de la spontanéité.🈳㊗

 

 

 

 

 

Posté par gpaul7 à 18:42 - Commentaires [0] - Permalien [#]

12 janvier 2018

Mu steve weiss

 

Pourquoi certain écrit-il ? Parce qu'il n'a pas assez de caractère pour ne pas écrire.
Karl Kraus

 

 « C’est ainsi qu’un jour, Un beau jour d’été, La mort de sa main distraite M’enlèvera la tête. » Marina Tsvetaeva

 

Posté par gpaul7 à 18:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 décembre 2017

1472742284441

 

Sous le divin nez
Du divin Bouddha
Pend une morve de glace.
issa㊗🈳

L'homme n'est que par intermittence, s'identifiant la plupart du temps à des bribes de personne aux rapports tarifés

Posté par gpaul7 à 17:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 décembre 2017

2012-05-24_134012Regarder l'homme en naturaliste, et non en psychologue romanesque. L'homme est un animal qui ne raisonne presque pas.

Pourquoi se déplacer ? D'une certaine hauteur de reve, on voit tout.

L'homme se dépeint par quelques mots qu'il laisse échapper. Dès qu'il fait une phrase entière, il ment.

Leurs âmes noires comme des puits. Quand c'est bien calme, on voit une étoile au fond : c'est rare.



Si ton oeil est simple alors ton corps est dans la lumière.
L'oeil est la lampe du.corps .m VI 22


Il est pour la liberté, mais il est de ces hommes dont la nullité donnerait envie de vivre avec des esclaves plutôt qu'avec lui. J. R


La vraie paresse ne consiste pas seulement à detester le travail mais à aimer l'oisiveté pour elle même en la suçant comme une pilule d'opium. P M

Posté par gpaul7 à 13:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 novembre 2017

Screenshot_2016-08-01-18-15-47

Regarde ce qu'il reste de singes dans la nature : " ils ne deviendront plus des hommes maintenant. ils ont dépasser la date limite. les hommes aussi

Posté par gpaul7 à 18:55 - Commentaires [0] - Permalien [#]

ski

Rien ne donne plus d'aisance au révolutionnaire pour ordonner d'innombrables exécutions que de se savoir opposé à la peine de mort. gomez Dávila

Posté par gpaul7 à 18:48 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 octobre 2017

Harmen Steewyck 1645

fuit le temps, le temps qu’on ne peut recréer, tandis que nous tournons autour des milles images de l’amour.  

Virgile, Géorgiques

Au contact de l'homme je me suis déshumanisé Une Mémoire archaïque s'est alors réveillée Elle contenait le potentiel futur de l'Humanité.jp

Posté par gpaul7 à 17:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

25 octobre 2017

banner

 

Dans l'oeil de l'oiseau migrateur
Je deviens
Toujours plus petit.
ueda

Posté par gpaul7 à 16:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Tanizaki

 

Qui sait attendre n'a plus à vaincre.

Kshéma Râdja
La conscience absolument libre fait éclore l'univers sur la paroi du Soi.
C'est la conscience elle-même qui ouvre et ferme ses yeux, faisant ainsi apparaître et disparaître le monde

 

Posté par gpaul7 à 06:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 octobre 2017

Des raisonnements tombent sour le sens et ne s'en relèvent pas. 

1428638917364

Posté par gpaul7 à 06:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

16 octobre 2017

2012-06-19_132521

 

Sot maintien, étroite vulgarité, grimaçante platitude de nos aristocrates, jolis comme des hérons croisés de truies. Le magazine à leurs talons est écrit pour les petits retraités pudibonds et les dames pipi d’église – ô prince, voici ton peuple !
t duvert ®

 

Posté par gpaul7 à 15:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 octobre 2017

v2

Lorsque le sage monte la lune, l’idiot se met le doigt dans l’œil. 

Posté par gpaul7 à 14:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 octobre 2017

2013-05-06_124946

 

N’ayant rien trouvé qui valut mieux que le vide, il laisse l’espace vacant

Posté par gpaul7 à 06:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 octobre 2017

Amedeo ModiglianiCommencement de l’hiver –
Le soleil léger du matin
Naît de l’arrosoir.
Uejima

 

Posté par gpaul7 à 06:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]